JOURNEE DU SAMEDI 9 SEPTEMBRE 2006

Publié le par Papy Rider

JOURNEE DU SAMEDI 9 SEPTEMBRE 2006

 Aujourd4hui Samedi, réveil vers 7h00 pour moi, je descend prendre  mon petit déjeuner puis ma rituelle cigarette assis sur le trottoir devant la pension pour attendre mes amies. Pour ne pas changer mes bonnes habitudes. Quand Germaine et Sabine descendent pour leur petit déjeuner, je rentre et boit mon café noir avec madame Ketfi. Lorsque ces dames sont prêtes, je téléphone à monsieur WOUARHID notre « taxieur », nom donné aux chauffeurs de taxi par Abdenour, pour nous amener à Hussein-Dey. Nous lui demandons de nous arrêter au quartier de Lafarge, au parking du grand magasin Carrefour qui se trouve au bas de la rue de l'oued Kniss  et Polignac à l'emplacement de ce que nous appelions  «  la cour des miracles », Germaine et Sabine ayant  souhaitées aller faire un tour à ce magasin.

Moi je vais dans ma rue à 100 mètres de là et je me ballade dans mon quartier pour prendre des photos.

                              Spécial  enfants de Lafarge

                          Ma rue.  Rue du Docteur PAYN                  Rue du Docteur PAYN vue de la rue de constantine     

                          Rue du Docteur PAYN vue vers le haut                                   Rue de Lamoricière vue vers les abattoirs.

                                           Haut de la rue de Lamoricière  

                        Angle rue de Lamoricière et rue des 2 prospères

Epicerie VENTURINI angle Lamoricière Cdt Baratier au fond, rue nègrier la caserne a disparue 

                 Immeuble rue Cdt Baratier  au-dessus de l'épicerie de VENTURINI

            Rue Cdt Baratier vue vers rue docteur Payn immeuble Pernod au fond

Rue cdt Baratier. Au fond Rue Négrier aperçu de la voie rapide reliant la route moutonnière au ravin de la femme sauvage

Il est temps pour nous de penser à manger, nous retournons par la rue de Constantine, pour aller vers le marché. Nous empruntons la rue  de l'abbé  Boeneche , où mon oncle DESANTIS, père de Maïté avait sa forge.                   La forge de mon oncle DESANTIS était sur le mur de gauche

Nous traversons le marché pour nous retrouver de l'autre coté. Juste sur le trottoir d?en face nous allons dans une pizzeria pour y manger une assiette de crudités, des merguez, des frites et je ne sais plus quoi.

 Nous allons ensuite nous balader dans le quartier de Germaine. Nous arpentons la rue et l'allée Narbonne, nous prenons des photos du palais d'hiver du Dey Hussein. 

                                        Palais d'hiver du Dey Hussein

Où Germaine aller jouer enfant, ce palais abritant à l'époque la famille NARBONNE. Nous allons du coté de la poste. Nous trouvons un glacier en terrasse très joli, Abdenour viens nous rejoindre et nous dégustons une délicieuse glace dans un cadre merveilleux. Juste en face nous achetons des fleurs chez un fleuriste, et nous partons pour le cimetière.

Les gardiens nous ouvrent gentiment la porte et là d'un seul coup je sens que çà ne vas plus. Mes jambes sont coupées, je respire difficilement, mes yeux s'embrument, je suis mal. Je vais revoir le caveau où reposent mon père et ma soeur que je n'ai pas connu, je revois mon père sa pastèra, le piquet blanc, les manoeuvres qu'effectuaient les pompiers dans la rue de leur dépôt entre la gare et l'église, la Verte rive enfin tous les endroits où il m'amenait, je me reprend un peu et me dirige droit sur la tombe ,44 ans après le crois que j'aurai pus y aller les yeux bandés. Je ne puis retenir mes larmes elles coulent sur mes joues sans que je puisse les arrêter. La tombe a souffert avec le tremblement de terre, la grande croix en marbre s'est détachée et cassée, elle n'est plus sur l'arrière du caveau, les plaques en la mémoire des défunts ont besoin d'un sérieux nettoyage, mais le caveau est en meilleur état que je le pensais. Je retourne vers l'entrée il faut que je reprenne mes esprits, la futée Germaine s'aperçoit vite que je suis « bizarre » pour essayer de noyer le poisson je lui demande où se trouve un des gardiens. Elle m'en fait voir un et je demande à cet homme si je peux revenir le lendemain avec le matériel nécessaire pour nettoyer la tombe. Il me demande de lui montrer cette tombe, je lui fais voir et il me promet de s'en occuper lui-même, je lui donne un pourboire que j'ai du mal à lui faire accepter et je rejoins germaine au bureau qui recherche une tombe pour un ami. Je fais moi aussi rechercher une tombe pour un ami, un gardien me  conduit bien sur une tombe, mais il s'avèrera que ce n'était pas la bonne, J'en suis désolé pour cet ami

J'ai du retourner 3 ou 4 fois sur la tombe de mon père mais pour 2 ou 3 minutes à chaque fois impossible de rester plus longtemps, mes yeux s'embrumaient trop vite. Je reviendrai en espérant rester plus longtemps. Nous demandons si nous pouvons revenir le surlendemain et les gardiens nous disent qu'ils seront présents donc pas de problèmes pour nous.

Abdenour nous emmène à Notre Dame d'Afrique, là aussi que de souvenirs, à l?époque il était de rigueur d'y monter lors de notre communion solennelle, je dois avouer que je ne sais plus pourquoi. 

                                               Notre Dame d'Afrique

Je fais une petite prière et fait brûler quelques cierges pour honorer « Madame d?Afrique » comme nous l'appelions communément. J'achète des médailles pour ma famille et une petite statue que j'ai trouvé très belle. Nous prenons quelques photos pour la vue formidable que nous avons sur la baie d'Alger. 

                                            Vue de Notre Dame d'Afrique

Notre guide Abdenour nous fait redescendre sur Hussein-Dey mais en passant par Guyotville, j'avoue que j'ai du mal à reconnaître les lieux, il est vrai que ma mémoire doit commencer à défaillir .  « Oh rage, oh désespoir oh vieillesse ennemie n'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie??.. » .

Germaine Sabine et ma pomme étant fatigués nous demandons à notre gentil chauffeur de nous ramener à Aïn-Taya nous voudrions nous coucher tôt ce soir. Nous voilà donc à 20h00 sur la place près de la plage. Après avoir remercié Abdenour, nous cherchons un endroit pour acheter un sandwich  car gavés nous le sommes nous n'avons pas très faim ce soir. Nous trouvons une petite échoppe et mes amies demandent si nous pouvons avoir un petit sandwich à emporter. Le patron  répondant par l'affirmative, elles attendent à l'intérieur pendant que je suis ce que je croyais être une partie d'échecs engagée par deux jeunes sur le trottoir devant cette boutique. Je regardais le déroulement de la partie, sans comprendre la stratégie employée par ces deux joueurs, jusqu'au moment où l'un deux pris un pion à l'autre. Ils jouaient tout simplement au jeu de Dames mais sur un échiquier avec des pièces d'échec.

Nos sandwichs étant prêt nous rentrons à la pension de famille et sabine nous propose de venir dans sa suite pour que nous y mangions ensemble.

Nous voilà donc tous en train de découvrir une espèce de Pain-Bagna à la mode d'Aï-Taya . Ce sandwich comportait tous les incrédients qui composent un repas de l'hord' oeuvre au dessert, des tranches de tomates au fromage à tartiner en passant par différents « trucs » comestibles.

Comme tout bon pieds noirs nous discutons en savourant notre casse-croûte et en buvant, eau minérale et Sélecto et pour finir, Tartes aux cacahuètes !!! .

 

                           Soirée chez Sabine Ambiance endiablée

Comme vous pouvez le constater l'ambiance était formidable et tout çà sans alcool. Je crois que la fatigue à dû remplacer l'effet du whisky. Nous qui pensions nous coucher tôt notre « Grand gala avec festin de rois » a durer jusqu'à minuit trente, heure où nous avons Germaine et moi, regagnés nos chambres respective pour un repos bien mérité.

 

Publié dans papy-rider

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

angelique 02/12/2006 15:55

bonjour je vous est deja laisser des message a plusieur repris peux etre que vous n avais pas fait attention voila j aurai aimer savoir si vous aurai connu mr de ridder andré il a vecu rue du docteur payn voila si vous vous souvener contacter moi svp angeliquenso@hotmail.fr voila je vous donne egalement mon skyblog  http://aglik.skyblog.com  merci

KHALED 10/10/2006 12:36

Bonjour,Le récit de la visite au cimetière a été un moment poignant. C'était le temps fort de cet épisode. Espérons que le gardien a tenu sa promesse de nettoyer la tombe.