JOURNEE DU JEUDI 14 SEPTEMBRE 2006

Publié le par Papy Rider

Avant propos : J’ai du refaire les journées des 12 et13 Septembre

 

Mes amis Abdenour et Germaine ont du me  rafraîchir la mémoire suite à des erreurs. Ces 2 journées sont  maintenant dans l’ordre chronologique du déroulement de mon séjour.

 

 

JOURNEE DU  JEUDI 14 SEPTEMBRE 2006

 

 

Comme tous les jours je jette un coup d’œil à la fenêtre pour voir la mer puis je vais sous la douche et enfin je descends prendre mon petit déjeuner, en sortant pour aller dans mon « fumoir », mon coin de trottoir préféré je ne peut m’empêcher de penser que jeudi prochain je serai en France mais je me console en me disant que je serai chez mon ami Bernard à Gardanne je ne serai pas seul. Des gosses passent pour se rendre à l’école et, j’aperçois  une personne tenant un chien en laisse. Je sais il n’y rien d’extraordinaire, et bien détrompaient vous, c’est la 1ère fois que je vois un chien, des chats il y en a de partout mais pas de chien, il a fallu que vois celui la pour m’en apercevoir. Cela me fait penser au mien, ma Yorkshire de 11 ans, ma Cybèle que je n’ai jamais laissé, en 11ans,  plus de 2h00 toute seule et que je viens d’abandonner pour une période de 3 semaines, seule non elle est chez ma fille à la campagne en compagnie de sa copine une autre chienne qu’a ma fille. Il est vrai que tous les soirs elle me manque, sur qu’elle va me faire la gueule quand je vais aller la récupérer, quand je vous dit que je deviens sentimental en vieillissant, mais c’est peut être aussi parce que je sais qu’il ne me reste plus beaucoup de temps  à passer chez moi et que je commence à chercher ce qui va m’empêcher d’avoir le cafard en rentrant.

 

Et voila çà recommence au lieu de profiter du moment présent je suis déjà de retour, laisse tomber Gilbert va voir si Germaine est descendue et va discuter avec la patronne en buvant ton café noir.

 

Abdenour nous  fait la surprise de venir nous chercher à l'hôtel. Nous voila parti avec lui, il nous amène au jardin d’essai mais, des travaux de réfection  nous empêche de le visiter, Abdenour nous propose alors d’aller visiter le musée du Bardo à Alger. Nous allons voir ce musée dont j’ignorais l’existence jusqu’à ce jour. Nous rentrons pour visiter ce musée, je dois avouer qu’il y a de belles choses à voir ne serait ce que les différentes  tenues traditionnelles portées par les habitants en fonction de leur situation géographique dans ce joli pays.

 

Dommage, moi qui aime les bronzes antiques je ne peux les admirer, la salle est fermée pour cause de travaux.

 

Nous ressortons et visitons les jardins et l’architecture des lieux, vraiment joli je ne regrette pas d’y être venu, pour immortaliser ce moment nous prenons quelques photos.

                Germaine et Abdenour dans le jardin du Bardo

 

 

                                    Vues du jardin du bardo

Il est temps pour nous d’aller nous restaurer,  nous décidons de retourner aux abattoirs pour déguster des grillades. Abdenour gare la voiture et nous faisons un tour du coté du parc à bestiaux qui a diminué comme peau de chagrin. Il n’y a là que quelques moutons et un veau si je m’en souviens bien. Germaine, grande amie des animaux n’apprécie pas trop cette balade, nous allons au même restaurant qu’il y a deux jours pour commander nos grillades de cœur, foie, rognons blancs, viande, merguez et frittes. Pas d’invités en vue, le copain de Germaine, le chat, a du trouver une autre table pour déjeuner. Arès un café, nous retournons sur Hussein-Dey, nous demandons à Abdenour de nous arrêter au magasin Carrefour en bas de la rue Polignac, à l’emplacement de « la cour des miracles » pour ceux qui connaissent mon quartier. Nous achetons différents fromages, oui Germaine la petite futée a remarquée que Dalila et Abdenour aimaient bien le fromage et nous voulons leur faire ce petit cadeau en remerciement de leur gentillesse.

 

Nous remontons en voiture et nous allons chercher Dalila, l’épouse d’Abdenour pour traverser la Mitidja

                           Vue de la plaine de la Mitidja

 

Direction Boufarik, où Germaine espère trouver chez un grand pépiniériste, un Jujubier, pour essayer de le planter une fois arrivé en France

                                Un petit coin de la pépinière

 

Abdenour nous amène chez ce pépiniériste nommé Fartasse, on ne risque pas d’oublier son nom, et ce monsieur, part dans sa pépinière,

 

Pour vérifier si il lui reste cette essence d’arbre sous forme d’arbrisseau en pot. Nous en profitons pour faire une balade sous une pluie fine dans sa pépinière et nous y trouvons  çà

Nous restons un moment avec ces charmants animaux, remarquaient que l’antilope est un peu « cabot » comme toutes femelles devant l’objectif d’un appareil photo.

 

Monsieur Fartasse reviens, il est déçu de ne pouvoir satisfaire Germaine, il n’a pas trouvé de jujubier et il lui donne quelques voix de pékan pour le cas où voudrait les planter pour un essai.

 

Nous remercions ce sympathique pépiniériste et remontons en voiture pour aller dans les gorges de la Chiffa voir si nos cousins germains sont toujours sur les rochers.

 

Oui ils sont toujours là, au bord de la route, route qui est beaucoup plus large qu’à notre époque.

 

                       Photos des gorges de la Chiffa

                       Nos cousins sont toujours présents

 

Abdenour se gare sur un grand parking devant l’entrée du zoo et nous entrons dans ce qui est maintenant un joli restaurant

 

 

                         Vues du ruisseau des singes

                Une baratte comme se servaient nos ancêtres

Nous allons visiter le zoo et j’apprend un peu plus tard par Abdenour, que la personne qui délivre les billets, oui la visite du zoo est payante, lui a demandé si Germaine et moi étions avec lui, il lui répond que oui et cette personne lui dit alors : « c’est bon pour vous c’est gratuit aujourd’hui » Voyaient vous comment vous êtes reçus dans notre pays ? Quand je vous dit que les Algériens sont formidables je veux être entendu, je ne répéterai jamais assez ils sont vraiment très accueillants. Nous faisons un petit tour au zoo et en ressortant je remercie le préposé à la vente des billets de sa gentillesse.

 

Nous remontons tous en voiture et repartons vers Blida chez Mohamed le frère aîné d’Abdenour. Nous somme accueilli par Mohamed et son épouse Fatima, qui nous fait visiter son appartement qui est situé dans une petite cité mais avec des immeubles comportant une douzaine d’étages, il y a dans cet appartement une chambre qui donne vers le sud et le panorama sur les monts de Chréa est splendide.

 

                                              Vues vers la Chiffa

 

Ils sont aussi sympathiques qu’Abdenour et Dalila, ils nous offrent un thé avec de délicieux gâteaux, des soda et dieu c’est quoi encore, nous parlons un long moment avec eux, mais il est temps pour nous de revenir au bord de la mer. Nous prenons congé de cette sympathique famille pour regagner nos pénates.

 

Abdenour nous fait passer par l’ancien domaine des Borgeaud, dans Blida nous nous arrêtons un moment dans une rue commerçantes avec un petit marché sur une place, j’en profite pour acheter une toile cirée assez épaisse qui va me servir à emballer une peau de mouton qu’Abdenour a promis à Nelly, une amie de la tchatche sur MSN et comme je suis chargé de la ramener en France, je veux qu’elle arrive en parfait état à notre amie Nelly. Abdenour me ramène des jujubes qu’il a trouvés sur le marché et nous rentrons vers 20h30 à Aïn-Taya fatigués mais heureux, et comme dit mon amie Germaine, 2ème exploit de notre part pour être rentrer si tôt. Je demande à Germaine si elle veut souper mais tout comme moi avec le café offert par le frère de notre ami à Blida, elle n’a pas faim et pour cause nos amis Algériens nous gavent comme des oies.

 

Nous regagnons nos chambres respectives, je pense que je vais encore une fois apprécier ma douche ce soir avant de m’allonger sur mon lit et attendre le sommeil en regardant la chaîne arabe qui diffuse des informations en langue française sur les événements du jour dans le monde.

 

J’espère rêver à la journée de demain, je dois aller faire de la plongée sous-marine avec le fils d’Abdenour, Mouhaouia, et ses amis. 

 

 

 

 

Publié dans papy-rider

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pierre PASCUAL 26/10/2006 19:12

Salut,toujours aussi captivant ton récit.Amicalement,Pierre

KHALED 25/10/2006 21:56

Bonsoir,On peut dire que vous n'avez pas perdu votre temps en ne vous contentant pas de vous promener uniquement à H-Dey mais vous en avez profité pour vous déplacer en dehors des limites d'ALGER, aidés en cela par un guide disponible et prévenant en l'occurence ABDENNOUR.