CELLE QUE JE CROYAIS MON AMIE

Publié le par Papy Rider

AVIS DE DECES D’UNE BELLE AMITIE MORTE POUR DES SOUVENIRS DE JEUNESSE

 

OU

 

CELLE QUE JE CROYAIS ETRE MON AMIE

 

 

Je pensais que mon récit sur mon voyage à Hussein-Dey était fini, que je pourrai le relire lorsque j’aurai « un coup de blues », que cela me ferait plaisir, en le lisant et en regardant les photos qui illustraient mes textes, de revivre ce merveilleux rêve que j’avais enfin pus réaliser.

 

Mais il n’en sera rien parce que, pour avoir fait ce voyage, je viens de m’apercevoir à mes dépends que celle que je croyais être une amie, ne l’était pas. Je ne la connais que par la web cam et MSN, toutes les formes d’amitiés que nous avons échangées ont été virtuelles.

 

Nous étions une petite bande de joyeux lurons dont elle faisait partie, tous d’Hussein-Dey, nous délirons sur MSN. Elle en était une des principales animatrices, combien de fou rire avons-nous eu grâce à ces jeux de mot, nous formions vraiment une grande famille virtuelle avec nos petites disputes, nos réconciliations, nos moqueries amicales, nos plaisanteries et l’estime que nous portions chacun envers tous les autres membres.

 

Suite à mon voyage et à mon humble récit sur celui-ci, pendant nos délires sur internet, ses propos ont  changé, puis elle ne parlait plus, elle ne communiquait que par écrit, en terme populaire je sentais qu’elle nous faisait la gueule quand Germaine, Abdenour ou moi parlions de notre voyage et de toutes les anecdotes qui nous sont arrivées. Tous les participants s’en amusaient sauf elle, qui à chaque fois essayait de changer de conversation malgré les questions posées par nos amis qui n’avaient pas fait ce voyage cette année et qui voulaient en savoir plus.

 

Puis du jour au lendemain, gros malaise, elle était en ligne, comme d’habitude, j’ai essayé d’entrer en contact mais aucune réponse de sa part. Après plusieurs tentatives dans les jours qui suivirent mon premier essai, je me suis résolu  à accepter, ce que je m’interdisais d’admettre, elle ne voulait plus me parler, ces événements datent de 15 jours 3 semaines environ.

 

Je ne suis pas seul à avoir été évincé d’autres qui ont fait ce voyage avec moi ainsi qu’un de nos amis Algériens qui nous avait royalement reçu ont été traités de la même façon.

 

Je ne crois pas me tromper en vous disant que je crois qu’elle est jalouse de la façon dont, Abdenour et sa famille ainsi que les deux autres familles chez qui nous avons soupé, nous ont reçu.

 

Je dirai que, comme nos ordinateurs, elle a pris un virus très virulent appelé JALOUSIE.

 

Mais jalouse de quoi ? Pourquoi ? Peut on être jaloux parce que des amis ont vécus des jours merveilleux d’autant plus qu’ils ne savent pas si ils pourront revivre ces instants. Contrairement à elle, leurs modestes pensions de retraités risquent de les priver d’un tel bonheur.

 

Je suis triste car je ne pourrai pas lire une ligne, voir une seule des photos de mon récit sans repenser à la mesquinerie de notre pauvre humanité.

 

 

A toi à qui je dois ces lignes je veux te dire :

 

 

- Tes amis n’ont pas apprécié que tu les traites comme des salissures immondes ressemblant à des excréments malodorants que l’on pousse dans un caniveau avec un balai.

 

- Pour te montrer que je ne suis pas rancunier : Sais tu que la médecine à fait d’énormes progrès, que l’égocentrisme et la paranoïa  se soigne très bien de nos jours ?

 

- Il faut que je te dise aussi : Si  cela m’avait « emmerdé » de te rendre un service, j’en serai ravi car je me serai « emmerder » pour rendre service à ce que je croyais être  une amie.

 

-  Pour un ou une amie je suis prêt à « m’emmerder » bien plus encore.

 

- Avoir l’obligeance de retirer ton image et ton nom de mon blog ?

 

- En le  faisant toutes les personnes qui lisent ce blog risquent par déductions de te reconnaître. Je ne suis pas un délateur aussi, tu as plusieurs façons de me joindre, pour me confirmer ta demande.

 

 - Je t’accorde un droit de réponse. Envoie moi par mail tes commentaires et je les mettrai sur ce blog.

 

A vous tous qui me lisez je voulais terminer ces tristes lignes en vous disant que lorsque j’étais jeune j’avais pris comme devise deux lignes d’une chanson de Georges Moustaki qui était :

 

Nous avons toute la vie pour nous amuser

 

Nos aurons toute la mort pour nous reposer

 

En Vieillissant j’ai changé ma devise en prenant une  ligne que j’avais retenu en lisant il y a maintenant fort longtemps, un adage ou une philosophie qu’appliquait  un philosophe Arabe, je dois avoué que je ne sais plus très bien.

 

Si tu me fais du bien, pour te remercier, je t’en ferai cent fois plus.

 

Je crois maintenant savoir que ces mots sont écrits dans un verset du Coran, ce qui, par respects pour mes amis Musulmans, m’interdit d’écrire que je j’était tenté d’ajouter à ma devise

 

La même phrase en changeant le mot « bien" par son contraire.

 

Je suis, (je ne trouve pas de mots assez forts pour exprimer ma pensée), très  déçu par son attitude.

 

Je n’ai décidemment  rien appris sur la condition humaine en 66 ans d’existence.

 

Publié dans papy-rider

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Josy 12/05/2009 10:19

Quelle tristesse

hassan 07/03/2008 18:57

salut ! j'espere que dieu ramene cette amie a la raison meme moi je suis comme toi dans cette situation.je garde des bon souvenir de cette personne.Hassan

ABDENOUR 06/12/2006 17:23

mon frère mon ami tu as passé un tres bon sejour dans ton pays avec tes amis et ta famille d'adoption. Tu nous a fait passer de merveilleux moment par ta presence avec nous et Dieu a voulu que celà soit ainsi donc nul et rien ne pourra changer le cours du temps.
L'essentiel c'est que tu as fait des heureux ici et la bas et si y'en a qui sont malheureux ce n'est ni de ta faute ni la faute de qui que ce soit.
Tu as pensé bien faire et tu as bien fait.
" Soit comme le sental qui parfume la hache qui le blesse"

maite 05/12/2006 21:12

J'espère bien cousin que d'ici quelque temps seuls les bons moments de ton voyage, la joie de les avoir partagés avec des amis sincères, le bonheur  que tu en as retiré sur l'instant et qui remplit encore ta mémoire j'en suis certaine, la permanence de ces amitiés fidèles, seront tes compagnons.
Ne laisse pas en plus à celle dont tu te plains le plaisir de te gâcher ta joie. Tu nous a enchanté et Germaine et Sabine, vous nous avez enchantés avec vos anecdotes, vos récits, et votre immense plaisir que nous avons partagé en le savourant avec vous;
Bises à tous les voyageurs qui portaient aussi notre rêve.

DANN 05/12/2006 00:07

Oupsssssss !!!!!!!!!  Betty Boop.....